Jadis… Jacopolis sur Brouage

Étoile de pierre au cœur du marais…

En 1555, Jacques de Pons, seigneur d’Hiers, décide de créer une place de commerce, «Jacopolis», édifiée sur un dépôt de lest des navires. Le flot, en se retirant, laisse dans les creux de l’eau salée que le soleil évapore. Ces salines naturelles, enrichies du travail de l’homme, contribuent à faire la prospérité économique de Brouage devenue un lieu de négoce international. Embellie par le cardinal de Richelieu «avec plus de façon et de gentillesse qui ne se voit ailleurs», la place forte connaît au XVIIe siècle un essor fabuleux. Mais son apogée marque aussi le début de son déclin. Troublée par les querelles religieuses, rognée par son manteau de vase, délaissée par les jeux du pouvoir, Brouage sera peu à peu abandonnée de tous. L’investissement des collectivités, la création du Syndicat Mixte pour la Restauration et l’Animation du Site de Brouage en 1989 ont permis la renaissance de cette place forte oubliée, qui nous livre aujourd’hui les histoires d’hommes disparus, témoignages de notre passé.Vue aerienne place forte de BrouageJadis… Jacopolis sur Brouage

Fondée vers 1555 par Jacques de Pons, sur le dépôt du lest laissé par les navires fréquentant depuis plus de 1000 ans le golfe de Saintonge, Jacopolis sur Brouage avait, avant tout, vocation à être une place de commerce. Babel où l’on parlait toutes les langues, riche et prospère, la ville devient un enjeu stratégique tel, que protestants et catholiques se la disputent jusqu’à ce que le Roi lui-même décide de l’incorporer à son propre domaine.

Carte d’identité de la place forte

ARCHITECTES

  • Pierre de Conti, Seigneur de la Motte d’Argencourt ;
  • Sébastien Le Prestre, Marquis de Vauban.

 CARACTERISTIQUES

  • 400 mètres de côté,
  • 7 bastions,
  • 19 échauguettes,
  • 7 courtines d’une hauteur moyenne de 11 mètres,
  • 2 ports souterrains,
  • 4 poternes,
  • 4 latrines,

4000 habitants au 17e siècle.

poster-brouage-charente-maritime télécharger

Samuel Champlain

Né à Brouage vers 1580, fils d’un capitaine de navires, il se rend rapidement célèbre pour avoir accompagné son oncles aux Indes Occidentales (Amérique du Sud) pays interdit aux français en guerre avec l’Espagne. Le roi Henri IV lui confie mission d’accompagner Pierre Dugua de Mons lors de son voyage en Nouvelle-France. Samuel Champlain passera à la postérité comme fondateur de la Nouvelle-France,  Ile Sainte-Croix (1604) et spécialement de la ville de Québec (1608). Visiter le circuit de visite de l’histoire de Champlain à Brouage

livret-jeu-Champlain-Brouage-et-la-Nouvelle-France Louis XIII

Devenue partie intégrante du domaine royal, Brouage se devait de revêtir les insignes de la royauté : blasons de Richelieu, du Roi et de la Reine et surtout les fleurs de lys payées sur les propres deniers du souverain, qui au couronnement de chaque échauguette signalaient aux visiteurs la puissance du maître des lieux.

Pierre d’Argencourt

Devenue Brouage, on lui assigne comme gouverneur Jean Armand du Plessis cardinal duc de Richelieu. Il confie à l’ingénieur Pierre de Conti, seigneur de la Motte d’Argencourt le soin de fortifier la ville. Il fait bâtir Halle aux Vivres, magasins, écuries, hôpital, palais pour la résidence du gouverneur, glacière pour le plaisir de la table. Il transforme la place en un véritable coffre-fort de la richesse fabuleuse tirée du sel, en une place militaire inexpugnable.

Les graffitis

De nombreux graffitis se découvrent sur les murs de Brouage, rêves d’évasion des hommes encasernés, témoins de la foi des protestants prisonniers, noms et sobriquets, bateaux, plan de la cité, chaussures féminines, ils sont autant de traces de la vie d’autrefois.Brouage graffiti porte d'Hiers

Les commentaires sont fermés